Vous êtes ici

Prix Louis D’Hainaut 2016 de la meilleure thèse en technologies éducatives : le Bénin, le Maroc et la Syrie distingués

Le 3ème Prix Louis D’Hainaut de la meilleure thèse en technologies éducatives a été remis à M. Comlan Fantognon (Bénin), le 5 mai 2016, à Montréal (Canada – Québec) à l'occasion du Colloque international en éducation, organisé par l’Université de Montréal et son Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE).
Tags: 
10 mai 2016

Ce prix annuel est réservé à un docteur ressortissant francophone d’un pays en développement dont la thèse a été soutenue il y a moins de 3 ans. Le Prix a une vocation internationale et est ouvert à tout chercheur du Sud ayant obtenu une thèse de doctorat au sein d’une institution membre du réseau de l’AUF. Le sujet de cette thèse doit impérativement porter sur l’usage des technologies en éducation, indépendamment de la discipline d’appartenance, et doit constituer un apport à l’évolution des connaissances scientifiques dans le domaine. 

Pour cette 3ème édition, trois thèses ont été distinguées :

  • Le jury de sélection a décerné à l’unanimité le Prix Louis D’Hainaut à M. Comlan Fantognon pour sa thèse intitulée : « Analyse émergentiste des pratiques enseignantes en FLES, cas de l’appropriation de l’IFADEM au Bénin », soutenue le 16 novembre 2015 à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 de Paris (France). Cette thèse a fait l’objet d’une co-tutelle avec l’Université d’Abomey Calavi (Bénin).  Il recevra une somme de 2 500 euros remis par l’Université de Mons et sa participation au Colloque international en éducation sera prise en charge par l’AUF.
  • Une deuxième thèse de qualité a été distinguée. Il s’agit du travail de recherche de Mme Assala Al Mouhamad (Syrie), « Apprentissage non formel en Français Langue Étrangère (FLE) : étude de cas d’autodidaxie médiée par les Technologies numériques de l’information et de la communication en Syrie », soutenue le 23 novembre 2015 à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 (France). Mme Al Mouhamad recevra un I-Pad.
  • La troisième thèse récompensée « L’adoption d’une SOA pour un classificateur sémantique réutilisable et interopérable et intégrant une ontologie OWL », a été réalisée par Mme Saadia Lgarch (Maroc) et soutenue le 8 juillet 2013 à l’École Mohammadia d’ingénieurs de Rabat (Maroc). Les frais d’inscription au prochain colloque de l’ATIEF (Association des Technologies de l’Information pour l’Education et la Formation) lui seront offerts.